Us et coutumes Voyageur Kinnarys

Thaïlande ou le pays du sourire

thailande pays du sourire

L’humanité connait avec le développement économique, la mondialisation, le boom des lignes aériennes et la croissance de l’industrie du tourisme les plus grands flux de mobilités humaines de toute son histoire. En effet, le monde ne nous a jamais paru si petit. Aujourd’hui, une seule journée de voyage nous propulse à l’autre bout de la planète afin d’y vivre une expérience culturelle. Bien que la mondialisation tend à gommer certaines différences, nos comportements restent fortement imprégnés par notre culture d’origine. Ainsi, il est admis dans la conscience collective une différence culturelle forte entre l’Occident et l’Orient.

Le travail de l’artiste Yam Liu née en Chine et installée en Allemagne dès ses 14 ans, illustre de manières minimalistes et ludiques certaines de ces différences. En voici quelques exemples ci-dessous (le fond bleu représente la culture occidentale alors que le fond rouge la culture orientale) :   

taille de l'ego occidental orientale
Taille de l’ego
différence d'opinion
Différence d’opinion
différence de colère
Différence de colère
resoudre un probleme
Résoudre un problème

Aller à la découverte d’un pays, le visiter, appréhender sa culture et sa diversité s’avère être d’un grand enrichissement personnel.

Afin d’y voir plus clair, on tentera de dégager quatre concepts de culture propre au peuple thaïlandais.

Jai Yen

« Jai Yen » qui peut se traduire par un « cœur détendu ». Il est la conceptualisation de la fuite du conflit. Dans la culture thaïlandaise, des méthodes seront privilégiées afin d’éviter toute forme de confrontation, comme par exemples en gardant le contrôle de ses émotions, en faisant preuve de politesse ou en évitant les critiques frontales et directes. Dans le Bouddhisme, la voie du milieu est comme un bon Mantra, elle évite les extrêmes, mène à l’éveil et à la libération de la souffrance. Si pour nous Français, l’expression d’une émotion, d’un avis divergent ou la confrontation de points de vue sont socialement acceptés, voire encouragés, pour les Thaïlandais rester calme et ne pas perdre son sang-froid est fondamental.  

Kreng Jai

Le « Kreng Jai » quant à lui fait référence au souci de l’autre, à l’importance de la politesse, au respect des émotions exprimées par autrui. Il est très important de ne rien faire qui pourrait peiner ou déranger son interlocuteur. Le « Kreng Jai » englobe également dans son concept la spécificité culturelle thaïlandaise de « ne pas perdre la face ». En effet, utiliser le « Kreng Jai » est une manière d’éviter une forme d’humiliation qui est extrêmement mal vécue par les Thaïlandais.

 Le « Kreng Jai » est régi par des règles sociales et des standards qui déterminent quand celui-ci doit entrer en jeu. Depuis leur plus jeune âge en Thaïlande, les enfants sont encouragés à faire preuve de « Kreng Jai » surtout auprès des aînés et des personnes représentant une autorité comme les professeurs et les policiers… Une fois adulte l’influence du « Kreng Jai » reste forte. Celui-ci couplé avec le « Jai Yen » devient un trait de caractère particulièrement apprécié en Thaïlande.

Pour nous « Farang » (« étrangers » en Thaïlandais), le concept de « Kreng Jai » peut générer quelques frustrations et de l’incompréhension.  En effet le « Kreng Jai » n’encourage pas l’individu à exprimer un point de vue sincère, mais à offrir plutôt à son interlocuteur la réponse que celui-ci souhaite entendre. Les Thaïlandais souhaiteront privilégier l’harmonie de la relation présente plutôt que d’exprimer avec franchise leur opinion au risque de blesser la personne.

Alors, s’il vous arrive d’être confronté à ce genre de situation, la meilleure chose à faire et d’adopter à votre tour l’attitude thaïlandaise :  souriez, en faisant preuve de « Jai Yen » au moment concerné.

De plus, la posture qui se dégage du « Kreng Jai » permet d’expliquer pourquoi les voyageurs ou les guides touristiques déjà venus en Thaïlande sont aussi nombreux à s’entendre sur le fait que les Thaïlandais soient jugés souriants, calmes et accueillants.

Mai pen Rai

En Thaïlande, vous l’aurez compris, il est mal perçu, voire impoli, de s’énerver surtout en public. En toutes circonstances, la culture Thaïlandaise aspire à une attitude dîtes « Mai pen Rai » qui peut se traduire par « pas de soucis ». Mais bien au-delà de cette simple traduction, cette attitude est considérée comme une philosophie de vie où l’on s’attache à suivre le sens du vent comme le bambou qui plie, mais ne rompt pas.  Lors d’un accident de la route, vous serez peut-être surpris de voir les gens sortir de leur véhicule calmement avec le sourire. Si vous prenez la pluie, soyez « Mai pen Rai », si vous perdez votre portefeuille soyez « Mai pen Rai », si vous loupez votre rendez-vous, qu’à cela ne tienne, soyez « Mai pen Rai ». Comme les Thaïlandais, acceptez et relativisez tous les petits soucis avec philosophie.

Sanuk

Le concept de « Sanuk » est un pilier de la culture thaïlandaise. Il est souvent traduit par « se divertir » ou « s’amuser ». « Sanuk », c’est aspirer à la satisfaction et au plaisir, peu importe ce que l’on fait, on parle ici de la capacité à se divertir et à emprunter le chemin de la joie de vivre. Cette réalité s’applique non seulement dans l’environnement professionnel, où le travail doit être vécu comme une activité sociale divertissante, et dans la sphère privée familiale ou amicale.

sourire thailandais

La diversité culturelle reste un sujet sérieux, complexe et qui se veut pour l’étayer d’être documenté.  Cependant j’espère que le présent article vous aura permis de vous sensibiliser aux différences culturelles existantes en Thaïlande, avec peut-être l’envie d’aller plus loin en vous documentant davantage sur le sujet avant votre futur voyage au pays du sourire avec Kinnarys.

You Might Also Like