Us et coutumes

Le Tatouage Thaïlandais, un art sacré.

tatouage thailande

La Thaïlande est un pays riche de sa culture qui possède bons nombres de savoirs faire mondialement reconnus. Parmi ces arts ancestraux, les plus connus sont les massages, la gastronomie ou encore les danses traditionnelles thaïlandaises. Un peu moins connu mais tout aussi  raffiné,  s’ajoute  à cette liste : « le tatouage sacré Thaïlandais ».

Son nom original est Sak (Tatouage) Yant (Prières). Sans doute, l’avez-vous déjà  vu sans pouvoir l’identifier. En effet, le dos tatoué et largement médiatisé de  la star  Angelina Jolie est joliment  recouvert de SAK YANT. Ces inscriptions représentent des bénédictions Bouddhistes et sont maintenant devenus une véritable mode en matière de tatouages spirituels.

Ainsi, les étrangers sont de plus en plus nombreux à se faire tatouer le corps de ces prières. Cependant, au-delà de cette nouvelle tendance le tatouage Thaïlandais est porteur d’un message profond, et issu d’une histoire ancestrale qui vaut la peine d’être connu.

Même si le tatouage sacré thaïlandais est aujourd’hui rattaché à la pratique bouddhiste, cela n’a pas toujours été le cas. L’histoire du Sak Yant trouve ses racines dans des traditions chamaniques mystiques d’Asie présentent avant l’ère bouddhique. En Thaïlande, au fur et à mesure que le bouddhisme se propageait,  les traditions locales telles que le Sak Yant se sont naturellement intégrées à la nouvelle doctrine. Ainsi, le tatouage sacré fut adopté par les temples bouddhistes où les moines ont commencé à se faire tatouer en guise de protection des prière religieuses. Les soldats qui ne portaient pas d’armure, du fait de la chaleur écrasante de ces contrées, invoquaient la protection divine et spirituelle.  Ainsi, le Sak Yant fut rapidement adopté par les soldats afin d’être protéger par leurs pouvoirs surnaturels. Durant des siècles, les guerriers Thaïlandais et Khmers étaient craints pour ces marques magiques tatouées sur leur corps. 

Le Sak Yant est effectué selon un rituel bien précis. Il doit notamment être réalisé par un moine ou un prêtre Brahmane.  Vous ne choisissez pas votre motif mais il s’impose à vous à travers le choix du moine. L’encre est bénite et le rituel du tatouage sera accompagné de prières et de chants. Traditionnellement le tatouage était réalisé avec une pointe en bambou, mais de nos jours le bambou est de plus en plus remplacé par une pointe en métal.

tatouage sacré thailande

Cependant, même si l’art ancien du tatouage Sak Yant et le bouddhisme sont aujourd’hui étroitement liés, les moines qui souhaitent le pratiquer doivent se former à l’extérieur du temple. Ils pourront ensuite pratiquer la tradition mystique des Sak Yant depuis une salle spécifiquement réservée à sa pratique, le Sunnak.

Le Sak Yant apporte force et protection. Plus le motif se trouve proche de la tête, plus les pouvoirs du tatouage seront puissants. Ainsi, on ne retrouve que très peu de Sak Yant sur les jambes, mais beaucoup sur le haut du dos. Il existe des centaines de motifs, d’écritures, et de modèles. Les représentations et leurs significations peuvent varier d’un maitre tatoueur à l’autre, mais le plus important étant les prières invoquées lors du rituel qui sont censées offrir un pouvoir divin aux tatouages.

Voilà un art qui nous montre encore une fois combien le spirituel et le mystique font partis de la vie des Thaïlandais. Peut-être que lors de votre prochain séjour en Thaïlande l’envie vous prendra d’approcher d’un peu plus près ce monde invisible et magique…

You Might Also Like